On partageait un appartement et on se racontait des histoires avant de dormir; on n'habite plus ensemble mais on partage encore nos folies!

samedi 23 décembre 2006

Dis-moi c'est quoi ta toune? (tell me what is your song)

Ça fait longtemps que ça me chicote. Je remarque une tendance qui me met éminemment mal à l'aise, surtout dans les séries télé comme Les Invincibles, Fortier et Sophie Paquin, puis hier soir, le film Roméo et Juliette a fait déborder mon vase.

(Je ne ferai pas ici de critique de ce film tellement décrié... Ce n'est effectivement pas un très grand film, mais c'est à mon sens beaucoup moins pire qu'on le dit. L'histoire d'amour entre les deux ados est plutôt touchante...)

Ce dont je parle, c'est de la présence envahissante de chansons en anglais dans des oeuvres francophones. J'ai l'impression de revivre mon adolescence, alors que notre prof d'art dramatique nous expliquait qu'une chanson en français serait tellement plus percutante dans nos productions, nous qui ne jurions que par les groupes à la mode à l'époque... qui chantaient évidemment en anglais.

Je ne sais pas trop comment nommer mon malaise. Je ne veux pas dénigrer la qualité ni le succès des artistes anglophones d'ici (puisqu'au moins, ces chansons en anglais viennent d'artistes québécois, en majorité). Je salue bien bas les Arcade Fire, Patrick Watson, Simple Plan qui connaissent un rayonnement mérité. Ils ont leur place dans ma discothèque et je les apprécie.

Mais je n'ai pas l'impression que le français n'est plus menacé. Je trouve que ces films et ces séries télé gagneraient à faire une place à des chansons en français, alors qu'ils soignent la langue que leurs comédiens utilisent. À l'image d'un Yves Pelletier qui a fait appel à Dumas et à Carl Bastien pour signer la trame sonore de son film Les Aimants, pourquoi ne pas se tourner vers des Yann Perreau, Pierre Lapointe et tellement d'autres pour habiller musicalement des oeuvres d'ici?

En plus de donner plus d'impact aux films et aux séries en français, la présence de chansons en français dans ces oeuvres à grande diffusion est bien sûr un plus pour ces artistes musicaux. Alors que la plupart d'entre eux sont boudés par les radios commerciales, une visibilité plus grande n'est pas à dénigrer. On n'a qu'à penser à ce qu'ont fait les "pa-pa-pa-paaa-pa!" de la chanson "Tu m'aimes ou tu mens" pour la carrière de Dumas!

En fait, quand je vois un film comme Roméo et Juliette, qui contient beaucoup de musique et pas une seule chanson en français, je me dis que la chanson québécoise francophone n'est pas valorisée. Et c'est bien dommage car, surtout pour un film comme celui-ci que beaucoup d'ados verront, c'était une bien belle occasion d'ouvrir une porte sur la richesse de notre patrimoine culturel... Même chose pour la chanson du générique des Invincibles, que Radio-Canada fait passer en boucle depuis quelques semaines.

J'écris tout ça et je suis sûre que je susciterai des réactions. Car il est de bon ton ces temps-ci d'afficher sa préférence pour la nouvelle scène anglophone montréalaise. Mais faut-il le faire au détriment de tout un pan de la chanson qui continue de s'enrichir? Il me semble qu'il devrait y avoir un juste milieu...

3 Commentaires:

Blogger Geneviève said...

Je ne saurais être plus d'accord. surtout considérant que d'excellents artistes québécois (et français) font de la musique sublime... Pourquoi les bouder?

3 janvier 2007 à 12 h 31

 
Anonymous Epicure said...

Hum... Je suis un peu ambivalente sur ce sujet-là. Oui pour une plus grande place aux chansons en français, mais pour la qualité des oeuvres et non pas «parce qu'elles sont en français».

J'ai acheté la B.O. des Aimants et c'est vrai que les artistes que tu mentionnes pourraient faire une aussi belle job que Dumas, sauf que selon le film ou le propos, une musique «originale» n'est pas toujours le meilleur choix.

C.R.A.Z.Y. a d'ailleurs causé une petite commotion avec sa bande sonore qui mariait Charlebois et Bowie. Certains ont critiqué l'utilisation de pièces «étrangères» qui ont coûté une fortune en droits, mais la musique devient presque un personnage tellement elle évoque bien l'époque et suscite des émotions.

Je suis la première à défendre la chanson d'ici, mais il faut que son utilisation soit «crédible». J'ai entendu du Galaxie 500 dans Les Invincibles, et cette chanson avait sa place tout comme la pièce de Duran Duran dans une scène de discothèque.

Beau débat!
(Je pense que c'est mon plus long commentaire à vie!)

6 janvier 2007 à 10 h 41

 
Blogger Tati said...

Pour moi, c'est la chanson en français qui devient un personnage. En français, on n'entend que les textes. Et si en anglais les paroles comptaient moins, parce que plus loin de nous, parce que moins compréhensibles ? Alors, une toune en anglais serait le résultat d'un choix artistique et non politique... si en français, ce sont les textes qui prennent toute la place.

8 janvier 2007 à 23 h 34

 

Publier un commentaire

<< Home